Guillaume Musso : « La réalité sera toujours plus forte que la fiction ! »

Guillaume Musso © Emanuele Scorcelletti

Qui est Sean Lorenz, ce peintre disparu dont l’art a troublé puis enflammé les galeries ? Pourquoi a-t-il cessé de peindre après la naissance de son fils Julian ? Dans quelles conditions Julian a-t-il été assassiné ? Existe-t-il des toiles secrètes de l’artiste ?

Toutes ces questions déboulent d’un coup dans la vie de deux personnages aux antipodes, une ancienne flic et un auteur de théâtre, qui se retrouvent à cohabiter malgré eux. Madeline et Gaspard ont loué, suite à une erreur de l’agence, le même appartement à Paris, qui n’est autre que l’ancien atelier de Lorenz.

Comme à son habitude, Guillaume Musso nous entraine dans le vertige d’un page turning haletant. La construction est remarquable, à l’américaine, parfaite du début à la fin. La thématique autour de la création – qui naitrait de la douleur – ne laisse pas indifférent (Musso lui-même souffre-t-il en écrivant ? Il s’en défend…). Et le final laisse une fois de plus admiratif dans l’imagination de ce romancier hors norme, 28 millions d’exemplaires vendus dans le monde.

Un appartement à Paris (XO Éditions) est un « cold case », ce qui permet à Musso, ici L’Invité Culture, de réagir après l’affaire Grégory : « La réalité sera toujours plus forte que la fiction ! »

Écouter l’émission :

 

Michel Bernard : la passion pour Monet

Voilà un sous-préfet qui aime écrire à ses heures perdues. Michel Bernard possède, il est vrai, ce qu’on appelle une « belle plume ». Ses précédents livres, notamment ceux sur Ravel et Genevoix, avaient déjà connu un écho favorable. Deux remords de Claude Monet, aux éditions Grasset, a reçu cette semaine le prix des Libraires en Seine, une association qui regroupe une quinzaine de librairies de l’ouest parisien.

Dans ce roman, on découvre comment Frédéric Bazille, peintre et ami de jeunesse de Monet tué à la guerre de 1870, ainsi que Camille la première femme de Monet morte d’un cancer à 32 ans, l’ont hanté jusqu’à sa mort. Deux ombres, deux fantômes, deux remords, et une puissance d’évocation, dans l’écriture, à couper le souffle.

Michel Bernard est L’Invité Culture.

Écouter l’émission :

La fête méditerranéenne

Chaque année, au mois de juin, les lauréats des Prix Méditerranée se retrouvent dans le très bel hôtel de la rue Masseran, à Paris, à la Fédération des Caisses d’Épargne. Moment de fête et de partage autour de ceux que les différents jurys ont récompensés.

Cette année, membre du jury « roman français », j’ai donc participé au couronnement de Metin Arditi, pour L’enfant qui mesurait le monde (Grasset). Dans ce très beau livre sur la force de l’art versus les puissances de la finance, l’auteur rapproche la Grèce antique des tourments hellènes actuels face au FMI. Une parabole magnifique qui confirme qu’une bonne harmonie entre créateurs et mécènes reste la meilleure alchimie possible.

Notre jury s’était réuni quelques semaines auparavant autour de notre président, Dominique Fernandez, pour un riche débat d’idées et de confrontations littéraires.

Parmi les autres prix, à retenir Ce qui reste de la nuit de Ersi Sotiropoulos (prix Étranger), Désordre du jour de Henri Droguet (prix Poésie), L’Orient derrière soi (prix de l’essai) d’André Tubeuf, et Oeuvres vagabondes (prix du livres d’art) de Titouan Lamazou (ici à gauche).

Xavier Sabata : un contretenor au physique de boxeur !

Il a une carrure de videur de boite de nuit, l’allure d’un champion de boxe, des yeux vert acier, et une voix de velours.

Un paradoxe dont joue Xavier Sabata, comme le montre la pochette de son dernier disque Catharsis, chez Aparté. Mise en valeur des sentiments, libération des affects, le chanteur est allé puiser cette « catharsis » dans le répertoire italien du XVIII° siècle.

Sabata chante avec l’ensemble grec Armonia Atenea, sous la direction de George Petrou, et le mariage offre de très belles pépites, remarquées par la critique, comme la pièce Gelido in Ogni Vena, de Vivaldi.

Xavier Sabata est L’Invité Culture.

Écouter l’émission :

Stéphanie Tesson : « Je sens la présence de Molière »

Le Mois Molière, à Versailles, deuxième festival théâtral de France derrière Avignon, attire 100 000 spectateurs au fil des 350 représentations partout dans la ville du dramaturge. Les troupes s’installent dans les lieux de représentations, mais aussi sur des tréteaux montés ça-et-là, ou tout simplement au coin d’un trottoir.

Fidèle de ce rendez-vous, où depuis plusieurs années elle a proposé notamment des vagabondages issus de son imagination dans le potager du roi, l’actrice et metteur en scène Stéphanie Tesson s’attaque pour la première fois à un texte du mythique auteur : Amphitryon, texte qui a donné deux noms communs à notre langue, sosie et amphitryon, les deux héros de ce drame.

Le spectacle est joué ce week-end à La Grande Écurie, dans un cadre impressionnant qui laisse dire à L’Invité Culture : « Je sens la présence de Molière ».

Écouter l’émission :

Pedro Pauwels : l’image du corps

C’est un danseur, chorégraphe, amoureux de l’image. Pedro Pauwels, qui dirige une compagnie à son nom à Limoges, a inventé un rendez-vous pour marier la danse et et la photographie. La troisième biennale du genre se déroule durant le week-end de l’Ascension à Brive, en Corrèze, associée à un événement traditionnel dans cette ville : Danse en mai.

La représentation du corps, un art éphémère immortalisé par la prise de vue, devoir d’archivage : les liens entre les deux disciplines ne manquent pas. Pourtant, la danse masculine a trop souvent pâti d’une image déformée. Il en est question, durant cette biennale qui propose, par ailleurs, à des artistes de donner libre cours à leurs chorégraphies dans des vitrines de magasins où sont exposées des clichés.

Pedro Pauwels est L’Invité Culture.

Écouter l’émission :

Idir chante avec ses amis

Il ne voulait pas vraiment être chanteur, mais le succès fulgurant – et planétaire – de son titre A Vava Inouva en a décidé autrement. Et depuis, Idir multiplie les rencontres artistiques et les disques à plusieurs voix : Identités en 1999, ou La France en couleurs en 2007.

En ce printemps de changements et de tensions sur les migrations, il récidive autour de thématiques qui lui sont chères, l’identité, l’exil, la liberté, l’amour. Et pour son dernier album Ici et ailleurs il a invité des pointures de la chanson française comme Aznavour, Bruel, Cabrel, Le Forestier, Grand Corps Malade, etc.

idir est L’Invité Culture.

Écouter l’émission :

Vocal Sampling : tout Cuba a capella

Écoutez le dernier disque des Vocal Sampling, vous serez bluffé ! On croirait entendre un orchestre complet avec basse, batterie, cuivres, guitare et chant. En réalité, tout est produit par la seule voix des six membres de ce groupe né d’un pari entre collégiens, il y a une trentaine d’années, à Cuba.

Déjà repéré dans les années 2000, nommé pour recevoir un Music Award qui leur a finalement échappé, les Vocal Sampling s’étaient un peu éloignés de la scène internationale. Ils reviennent aujourd’hui avec le disque Asi de Sampling, qui remonte sur les traces du passé musical cubain.

Pedro et René, deux des membres du groupe, sont ici L’Invité Culture.

Écouter l’émission :

Michel Dalberto joue Gabriel Fauré

 

C’est l’un des meilleurs pianistes de sa génération, qui a longtemps consacré son travail aux romantiques allemands, comme Schubert ou Schumann.

Michel Dalberto a décidé de plonger dans la musique française pour une série de disques, chez Aparté. Après Debussy, il propose une découverte intime de Gabriel Fauré, un compositeur qu’il a longtemps boudé, plus par méconnaissance que par principe ; son maitre Vlado Perlemuter en était pourtant un fervent adepte.

Pour cette série, Michel Dalberto, ici L’Invité Culture, enregistre en public, et joue sur un piano différent selon le compositeur. Ainsi, pour Fauré, il a choisi un Bechstein réputé pour la définition exceptionnelle de ses graves.

Écouter l’émission :

Michel Dalberto est en concert ce soir, samedi 22 avril, dans l’Aisne à Clairefontaines, puis le 25 avril aux Invalides à Paris, le 9 juin salle Rameau à Lyon, le 19 juin salle Gaveau à Paris, etc.

Alain Baraton : « Cultiver, c’est se cultiver »

On entend sa voix chaleureuse sur les ondes, on voit son visage jovial sur les télévisions, on dévore avec jubilation ses livres érudits. Le jardinier Alain Baraton s’est fait un nom au delà de sa fonction de jardinier en chef du Domaine national de Trianon et du Grand parc du château de Versailles. Son dernier opus, « Le camélia de ma mère », vient de paraître chez Grasset.

Comment est-il passé des arbres taillés aux feuilles écrites ? Est-ce à dire que « cultiver, c’est se cultiver » ? Oui, à l’en croire, car il prétend que seul une intelligence, une humanité, une bienveillance, un savoir, peuvent donner la « main verte ». Et chaque histoire de plantes, de jardins, de domaines, s’émaille d’histoires culturelles et artistiques.

Alain Baraton est ici L’Invité Culture. Il participera dimanche 9 avril au salon du livre d’Autun.

Écouter l’émission :