L’histoire à la carte. Les poilus à l’heure des « roulantes »

La guerre de 14-18 a été un drame terrible en pertes humaines, et les poilus qui en sont revenus, après l’Armistice, ont été marqués à vie.

Les conditions de vie étaient épouvantables dans les tranchées, et l’alimentation compliquée.

Prosper Montagné, le chef le plus renommé au début du siècle (avant Escoffier), fut appelé à la rescousse pour organiser les cuisines centrales des armées. Il inventa la « roulante« , sorte de fourneau mobile, qui permettait aux soldats de manger chaud ; ce qui remontait le moral des troupes.

Pour L’Histoire à la Carte, Thierry Marx rend hommage à ces combattants et propose une recette de gâteau Anzac, envoyé par les femmes et les marraines des soldats australiens et néo-zélandais.

Ingrédients pour quatre : 125 g de beurre, 2 cuillère à soupe de sirop de pommes, 1/2 cuillère à café de bicarbonate de soude, 2 cuillères à soupe d’eau chaude, 90 g de flocons d’avoine, 150 g de farine, 150 g de sucre en poudre, 65 g de poudre de noix de coco.

Préparation : Faire fondre le beurre et le sirop de pommes dans une casserole. Mélanger le bicarbonate de soude avec l’eau et verser sur le mélange beurre-sirop. Dans un grand saladier, mélanger la farine, le sucre, les flocons d’avoine et la poudre de noix de coco. Verser le mélange liquide par dessus et bien mixer pour former une pâte. À l’aide d’une cuillère, faire des petits tas de pâte sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé. Cuire 10 à 15 minutes dans un four préchauffé à 150°C. Plus on cuit les biscuits, plus ils sont croustillants et moins ils sont moelleux, c’est affaire de goût. Conserver dans une boite en fer.

Share This