Les fromages de fêtes

Clara Dumond-Solvit dans sa fromagerie, l'une des plus anciennes de Paris, où elle prépare et affine elle-même certains de ses fromages.

Dans quinze jours, ce sera Noël. Il est grand temps de penser au menu que l’on proposera à ses invités. Idem pour la semaine d’après, si vous recevez à nouveau. Les repas de fêtes doivent-ils être agrémentés de fromages ?

Oui, car ce sont des moments de partage et de plaisir qui vont durer assez longtemps. Il convient de respecter la tradition de déposer avant le dessert un plateau avec des fromages des trois laits : vache, chèvre, brebis.

Clara Dumond-Solvit, propriétaire de l’un des plus anciennes fromageries de Paris, rue La Fontaine dans le XVIème arrondissement, suggère de profiter des fêtes pour s’offrir un fromage inhabituel, aux épices, aux herbes, à l’ail des ours, voire à la truffe.

« On ne peut pas passer à côté de la truffe. Toutes les préparations sont faites maison. On peut aussi préférer le Mont D’Or, onctueux, qui donne envie de plonger dedans ! »

Clara Dumond-Solvit, fromagère

Le choix est large en matière de fromages qui se comptent par centaines à travers le pays. Chaque région a les siens, et chacun varie selon les alpages de printemps, d’été ou d’automne que les animaux broutent pour produire leur lait.

Écouter l’émission :

Thierry Marx, pour l’occasion, vous propose une recette de Fontainebleau, un mélange de fromage blanc et de crème fraiche montée.

Ingrédients pour 1 Fontainebleau :

250 g de fromage blanc, 250 g de crème fraiche liquide, et selon l’envie une râpée de truffe, un trait d’huile d’olive, ou des brisures d’olives noires.

Préparation :

Battre la crème fraîche au fouet et l’incorporer dans le fromage blanc. Ajouter l’ingrédient de son choix (ou non) : truffe, olive ou huile d’olive.

Déposer dans une faisselle avec un linge autour.

Laisser 12 h au réfrigérateur avant de servir.

Share This