Face aux pénuries

Parmi les conséquences de la guerre en Ukraine, les pénuries et la hausse du coût des matières premières. Pour les particuliers, et aussi les professionnels. Les plus importantes touchent la farine, mais aussi l’huile et le beurre.

Le prix de la farine augmente, donc forcément la baguette va augmenter aussi. Les stocks arrivent à épuisement, et il faut éviter que les produits de première nécessité donnent lieu à une spéculation.

« Avec les crises qui se succèdent, on réalise que notre souveraineté alimentaire est très sérieusement bousculée. »

Thierry Marx

Certains s’interrogent sur ce mal qui pourraient être aussi un bien. Les champs de tournesol, comme ceux de palmiers, ne sont pas forcément bons pour la santé de la planète. Par ailleurs, un essor de l’huile de colza pourrait permettre à des agriculteurs de se diversifier.

Écouter l’émission :

Pour illustrer cette séquence, Thierry Marx propose une recette de soupe à l’oignon.

Ingrédients pour huit :

600 g d’oignons, 150 g de graisse de saindoux, 2 cuillères à soupe de farine, 1 bouquet garni, 200 g de pain rassis, 250 g de gruyère râpé, 4 jaunes d’œufs, 4 cuillères à soupe de Madère, 2 litres de bouillon de bœuf (on peut utiliser un cube avec de l’eau).

Préparation :

Éplucher les oignons, les couper en deux, et les ciseler en fines rouelles ; les faire revenir au saindoux dans une marmite jusqu’à coloration (on peut rajouter une pincée de sucre pour aider à la caramélisation). Ajouter la farine, mélanger et laisser cuire comme un roux.

Ajouter le bouquet garni, déglacer avec le Madère, mouiller avec le bouillon, et laisser cuire (un petit truc : porter à ébullition au feu, et finir de cuire au four).

Pendant ce temps, couper le pain rassis en dés. Passer ces croûtons dans une poêle graissée pour les dorer, les déposer sur une grille, et les saupoudrer avec le fromage râpé. Servir la soupe dans des bols, et y déposer les croûtons fromagés.

Share This