Pour que le Rex continue

Cinéma Rex à Brive © Le Grand Cricri

Il est des lieux qui tiennent toujours une place particulière dans une vie. Le cinéma Rex, à Brive, est, pour moi, de ceux-là. Premiers frissons d’adolescent devant un grand écran, aller au cinéma seul, découvrir le monde par l’image. Le bâtiment, avec sa façade typique des années 30 (classée aux monuments historiques en 2005), ne manque pas de charme non plus. Il y a de nombreuses annéee, le lieu est devenu emblématique du cinéma Art et Essai dans le Sud-Ouest, avec une programmation exigeante, des festivals, et un lien fort auprès des jeunes du lycée voisin (ou existe une filière « Art Visuels »).

Initiateur de ce virage qualitatif, pris en parallèle (et en contrepoint) de l’arrivée d’un méga complexe dans la ville, un homme a porté le projet plusieurs décennies durant. Programmateur et directeur de la salle, Bernard Duroux arrivait au terme de son mandat, et pouvait envisager une passation de pouvoir en douceur, sur le même chemin, avec un autre passionné du 7° art. Or un bras de fer s’est engagé avec la mairie de Brive, qui a retiré sa délégation de service public à l’Association des Amis du Rex, pour reprendre directement une gestion municipale de la salle.

Festival du moyen métrage en 2012 © Le Grand Cricri

Les Brivistes, partisans d’une culture diversifiée et d’excellence, sont inquiets de cette situation. Certains écrivent pour défendre « le droit de penser » et le maintien d’une « oasis d’intelligence », d’autres téléphonent pour dénoncer une reprise en main brutale, beaucoup sont descendus dans la rue, à plusieurs reprises, par crainte d’une fermeture à terme de « leur » Rex.

En ces temps de contraintes budgétaires, la municipalité entend éviter trop de rallonges de subvention, le maire Frédéric Soulier affirme que le « Centre National du Cinéma vient de confirmer à la ville sa confiance » et assure que le nouveau programmateur maintiendra les différents labels Art et Essai.

Rex

Seul l’avenir révèlera qui dit vrai. Une seule certitude aujourd’hui, et c’est un regret, que le travail de fond de Bernard Duroux connaisse un épilogue aussi douloureux. En tant que Briviste, je forme en tous cas le vœu que le Rex continue dans la même voie d’exigence et de qualité qu’auparavant.

Écouter mon reportage sur France Info :

3 réponses sur “Pour que le Rex continue”

  1. Il est des journalistes qui font la noblesse de cette profession : BERNARD THOMASSON est l’un d’eux. Talentueux, simple, chaleureux , intelligent, il a su préserver ses racines tout en embrassant le Monde avec un oeil aigu . Merci d’avoir ainsi répondu à ma lettre personnellement et sur votre site : nous n’avons pu éviter complètement la catastrophe .Le REX continue mais a beaucoup perdu de son intérêt, de sa qualité et , municipalisé, budget déficitaire sans augmentation de subventions depuis 2 ans, sans Bernard Duroux, il va s’étioler jusqu’à ce que prétexte soit donné pour sa fermeture définitive. La Municipalité LR a déclaré la guerre à la Culture … qu’elle ne comprend pas en prétextant une histoire de gros sous. Amie du REX , je suis désabusée et affligée, en deuil d’un endroit emblématique et précieux sans équivalent dans la Région. Un Monde sans culture est un monde condamné.

    1. Merci pour votre message Christiane.
      Comme je l’ai dit directement au maire de Brive, l’homme de culture que je suis ne pouvait pas rester insensible à l’avenir du Rex, et le journaliste que je suis également s’est efforcé de donner, à la fois à la radio et dans mon article, la position de chacun. Frédéric Soulier m’assure de son côté que le nouveau directeur de la salle, Romain Grosjean, aura à coeur d’impulser, avec le Pôle régional de l’Image qu’il dirigeait jusqu’à maintenant, une nouvelle page de l’histoire du Rex.
      Je veux croire que les Brivistes continueront de profiter d’une belle programmation dans cette salle chère à mon coeur.
      Bernard

      1. Mr Grosjean , dont je ne mésestime pas les qualités , est un fruit un peu vert pour diriger la programmation d’une salle comme le Rex . BRIV MAG , le magazine municipal, donne son CV qui semble avec fait l’impasse sur le cinéma d’ART et ESSAI : spécialisé dans le Spectacle , MR Grosjean – 30 ANS – n’a aucune formation pointue en ce domaine et c’est si flagrant que je viens d’apprendre de source informée que Le Maire et son Adjoint avait proposé à Bernard Duroux – actuellement en arrêt maladie à la suite de son double licenciement dans les pires conditions- le poste de Programmeur pour 14H par semaine sous le responsabilité – quel cumot !! – de MR Grosjean et de MR Delpiroux, ce dernier ayant fait la démonstration de sa totale incapacité lors des AG des AMIS du REX . Aujourd’hui , le Rex c’est 3 séances par semaine avec Deux Ciné-goûters au lieu d’un et une programmation indigente de 5 films totalement inconnus !!!!! Vous pouvez en avoir confirmation sur le site du cinéma REX .
        Bien que très occupée – je voyage beaucoup et suis le Festival de la Vézère- je vais répondre favorablement à la sollicitation du nouveau CA des AMIS DU REX ; c’est un crève coeur de voir ce Cinéma et le Centre Culturel de la rue Jean-Jaurés – qui abrite le POLE DE L’EDUCATION A L’IMAGE « LES YEUX VERTS » dirigé aussi par MR GROSJEAN – dénaturés pour être réduits en cendres par une Municipalité qui ignore le sens premier du mot CULTURE . Le Centre Municipal ci-dessus nommé , faute de subventions est en train de devenir SOCIAL pour survivre et on voudrait que je crois en la survie des « YEUX VERTS » et du REX ??? Comme je le leur ai déjà dit, « on nous prend pour des bleus  » !!! Quant on sait ce qu’il est advenu aux autre BLEUS de juillet, c’est mauvais signe !!!
        Encore un grand merci à vous que j’espère rencontrer lors de LA FOIRE DU LIVRE – mon autre passion – et avec toute mon amitié reconnaissante.
        Christiane LP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *