Quand une vie passe le relais

16 05 28 Anne Gosciny2

© Jean-Philippe Baltel

Vivre un deuil n’est jamais facile. Anne Goscinny n’a jamais vraiment fait celui de son père, mort d’une crise cardiaque durant un test d’effort poussé un peu trop loin. Entre la douleur de la perte et la haine du médecin qui a pratiqué l’examen. Celui de sa mère fut également compliqué, vers Noël, il y a une vingtaine d’années. Une longue maladie, un voyage à Nice pour retrouver des traces d’un passé enfoui, et le lit comme seul horizon.

La romancière parvient à tourner une nouvelle page avec Le sommeil le plus doux, chez Grasset. Le récit de ce bref séjour sur la Côte d’Azur où l’héroïne trouve l’amour le jour où elle perd sa mère. Une vie qui passe le relais, en somme. L’écrivaine est ici L’Invité Culture.

Écouter l’émission :

16 05 28 Anne Gosciny1

A propos bernardthomasson

Retrouvez-moi chaque week-end sur France-Info en fin d'après-midi
Cet article, publié dans divers, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s