Richard Bohringer se « livre », quand même…

quinze_rounds_01Il assure que ce n’est pas une autobiographie, ni un récit intime, mais un simple parcours d’homme. Il n’empêche, dans Quinze rounds (paru chez Flammarion), Richard Bohringer se livre, met ses déchirures à nu, sur la drogue, l’alcool, la maladie. Il raconte ses amitiés, rend hommage à sa famille, déroule ses films, épingle des moments magnifiques. Toujours dans son style dense ; une écriture déchirée, palpitante comme un cœur battant, qui entraine dans le tourbillon d’une vie.

Écouter l’émission :

A propos bernardthomasson

Retrouvez-moi chaque week-end sur France-Info en fin d'après-midi
Cet article, publié dans divers, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s