Delille et Fuerteventura

© B. Thomasson

Fuerteventura © B. Thomasson

« Je sors, j’erre à pas lents sur cette lave immense,

Triste, inhospitalière ; et calcule en silence

Les temps, les temps lointains où la stérilité

Rendra ce sol aride à la fertilité. »

Jacques Delille, L’imagination (1806).

A propos bernardthomasson

Retrouvez-moi chaque week-end sur France-Info en fin d'après-midi
Cet article, publié dans divers, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s