Alma Brami dans la peau d’un chômeur de cinquante ans

Charles Gérault est un chômeur de cinquante ans, brami livresituation sans issue par les temps qui courent. Empêtré dans sa timidité, son empêchement de sortir de lui-même, prisonnier d’une mère culpabilisante, incapable d’aimer ou pour le moins d’exprimer ses émotions et ses opinions, il navigue entre des sentiments impossibles et des rencontres improbables. Surtout, il dénigre tout ce qui l’entoure. Mais intérieurement seulement. Aucun mot ne sort jamais de sa bouche de pleutre. Peut-il s’en sortir ? bramiComment rebondir ? Vers quelle dignité ?

En se mettant dans la peau d’un homme, Alma Brami surprend une nouvelle fois. Ses personnages ont le nez dans le ruisseau mais tiennent le haut du pavé littéraire. Par la force de l’écriture, ils sont émouvants, attachants, et Gérault deviendrait presque sympathique (malgré sa vilaine vision des femmes). Peinture réaliste d’une frange de la société qui a du mal à suivre le chemin, J’aurais dû apporter des fleurs (Mercure de France) remue nos consciences de nantis. Un livre noir mais lumineux. À lire absolument.

A propos bernardthomasson

Retrouvez-moi chaque week-end sur France-Info en fin d'après-midi
Cet article, publié dans divers, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s