L’Etat peut-il, au prétexte de découvrir une taupe dans ses services, contrevenir à la loi sur la protection de la source des journalistes ? Toute l’affaire Péchenard-Davet se résume à cette question. Le premier, Frédéric Péchenard, premier flic de France assume avoir tracé des lignes téléphoniques pour remonter à un informateur, le second Gérard Davet, journaliste au Monde, s’insurge contre un acte totalement illégal. Dossier complet dans le 12-14 d’aujourd’hui (avec réactions politiques).

Ecouter la séquence :

Share This