Jane Goodall : « Il n’est pas trop tard »

Dans les années 50, il était impensable pour une jeune femme de partir seule en Afrique, surtout pour mener des études scientifiques. Pourtant, à 26 ans, une Britannique quitte son pays pour s’installer en Tanzanie et s’enfoncer dans la savane à la recherche de chimpanzés. Jane Goodall est ici L’invité Culture. Elle l’assure : « Il n’est pas trop tard pour sauver la planète. »

Jane mettra six mois à se faire accepter par un groupe de chimpanzés, et elle fait une découverte qui sera une révolution dans le monde scientifique. Elle voit l’un d’eux effeuiller une branche et s’en servir pour attraper les termites et les manger : « On pensait que seuls les humains étaient capables d’utiliser des outils ». Aujourd’hui le Jane Goodall Institute est implanté dans plus de 30 pays, dont la France.

En mars, National Gographic sortira un documentaire exceptionnel : Jane. Images inédites d’une qualité remarquable, datant des années soixante, qui racontent cette femme unique dont les recherches ont non seulement remis en cause le consensus à dominante masculine de son époque, mais ont également révolutionné notre compréhension du monde naturel.

Share This