Dmitry Glukhovsky : en Russie, seule la littérature est objective

Journaliste, écrivain, ses premiers romans futuristes dans le métro de Moscou ont connu un succès planétaire ; un jeu vidéo en a même été tiré. Dmitry Glukhovsky revient, en ce printemps, avec un recueil sur son pays : « Nouvelles de la Mère Patrie » aux éditions de l’Atalante.

Ces récits, ancrés dans un futur proche, montrent une réalité de la Russie que l’auteur qualifie lui-même d' »hallucinante ». Corruption, le numéro 1 et le numéro 2 qui échangent leur place, alcoolisme, paysans de Sibérie oubliés, médias aux ordres, autant de facettes d’un empire renaissant que Glukhovsky dénonce par l’absurde.

La Russie étant le pays mis en avant au Salon du Livre de Paris, même si le président Emmanuel Macron en a boudé le stand lors de l’inauguration, Dmitry Glukhovsky est l’un des écrivains invités d’honneur de ce salon, jusqu’à lundi porte de Versailles.

Share This