Michel Bernard : la passion pour Monet

Voilà un sous-préfet qui aime écrire à ses heures perdues. Michel Bernard possède, il est vrai, ce qu’on appelle une « belle plume ». Ses précédents livres, notamment ceux sur Ravel et Genevoix, avaient déjà connu un écho favorable. Deux remords de Claude Monet, aux éditions Grasset, a reçu cette semaine le prix des Libraires en Seine, une association qui regroupe une quinzaine de librairies de l’ouest parisien.

Dans ce roman, on découvre comment Frédéric Bazille, peintre et ami de jeunesse de Monet tué à la guerre de 1870, ainsi que Camille la première femme de Monet morte d’un cancer à 32 ans, l’ont hanté jusqu’à sa mort. Deux ombres, deux fantômes, deux remords, et une puissance d’évocation, dans l’écriture, à couper le souffle.

Michel Bernard est L’Invité Culture.

Écouter l’émission :

La fête méditerranéenne

Chaque année, au mois de juin, les lauréats des Prix Méditerranée se retrouvent dans le très bel hôtel de la rue Masseran, à Paris, à la Fédération des Caisses d’Épargne. Moment de fête et de partage autour de ceux que les différents jurys ont récompensés.

Cette année, membre du jury « roman français », j’ai donc participé au couronnement de Metin Arditi, pour L’enfant qui mesurait le monde (Grasset). Dans ce très beau livre sur la force de l’art versus les puissances de la finance, l’auteur rapproche la Grèce antique des tourments hellènes actuels face au FMI. Une parabole magnifique qui confirme qu’une bonne harmonie entre créateurs et mécènes reste la meilleure alchimie possible.

Notre jury s’était réuni quelques semaines auparavant autour de notre président, Dominique Fernandez, pour un riche débat d’idées et de confrontations littéraires.

Parmi les autres prix, à retenir Ce qui reste de la nuit de Ersi Sotiropoulos (prix Étranger), Désordre du jour de Henri Droguet (prix Poésie), L’Orient derrière soi (prix de l’essai) d’André Tubeuf, et Oeuvres vagabondes (prix du livres d’art) de Titouan Lamazou (ici à gauche).

Xavier Sabata : un contretenor au physique de boxeur !

Il a une carrure de videur de boite de nuit, l’allure d’un champion de boxe, des yeux vert acier, et une voix de velours.

Un paradoxe dont joue Xavier Sabata, comme le montre la pochette de son dernier disque Catharsis, chez Aparté. Mise en valeur des sentiments, libération des affects, le chanteur est allé puiser cette « catharsis » dans le répertoire italien du XVIII° siècle.

Sabata chante avec l’ensemble grec Armonia Atenea, sous la direction de George Petrou, et le mariage offre de très belles pépites, remarquées par la critique, comme la pièce Gelido in Ogni Vena, de Vivaldi.

Xavier Sabata est L’Invité Culture.

Écouter l’émission :

Claude Deligne, celui qui a donné sa chance à Thierry Marx !

Le premier poste de Thierry Marx fut, après son CAP, celui de commis chez Claude Deligne. Un homme intègre, humain, très professionnel, un grand manager, jamais un mot plus haut que l’autre, beaucoup d’humilité, et un toucher extraordinaire en cuisine.

Tous les jeunes chefs des années 80 n’avaient qu’une ambition, aller travailler chez Taillevent, à Paris, sous la férule de Claude Deligne. Ce dernier préparait une cuisine « à la minute », pour 100 à 120 couverts par jour. Pour lui rendre hommage, Thierry Marx propose sa recette de cervelas de fruits de mer aux truffes et aux pistaches.

Écouter l’émission :

Ingrédients pour 4 personnes : 300 g de brochet, 100 g de beurre, 3 jaunes d’œufs et 1 œuf entier, 200 g de crème fraîche ; pour la garniture 20 g de pistaches émondées, 20 g de truffe hachée, 50 g de saumon fumé en tous petits dés, 200 g de saumon frais en dés de 1 cm sur 1 cm, 100 g de homard (ou langoustes) en dés de 1 cm sur 1 cm, 100 g de corail de coquilles St-Jacques pochées en dés de 1 cm sur 1 cm.

Préparation : Saler et poivrer le brochet, le réduire en purée dans un mixer, ajouter le beurre, puis les jaunes et l’œuf entier. Travailler sur glace, dans un cul de poule, cette farce pendant 5 minutes, puis incorporer la crème fraîche en trois fois. Mélanger délicatement à cette farce la garniture (tous les éléments sont préparés à l’avance dans un saladier). Mettre en boyaux, à raison de 250 g par personne ; pocher dans de l’eau salée pendant 20 minutes (mettre à l’eau froide, porter à ébullition, maintenir au frémissement durant les 20 minutes). Servir avec un beurre blanc bien chaud.

Stéphanie Tesson : « Je sens la présence de Molière »

Le Mois Molière, à Versailles, deuxième festival théâtral de France derrière Avignon, attire 100 000 spectateurs au fil des 350 représentations partout dans la ville du dramaturge. Les troupes s’installent dans les lieux de représentations, mais aussi sur des tréteaux montés ça-et-là, ou tout simplement au coin d’un trottoir.

Fidèle de ce rendez-vous, où depuis plusieurs années elle a proposé notamment des vagabondages issus de son imagination dans le potager du roi, l’actrice et metteur en scène Stéphanie Tesson s’attaque pour la première fois à un texte du mythique auteur : Amphitryon, texte qui a donné deux noms communs à notre langue, sosie et amphitryon, les deux héros de ce drame.

Le spectacle est joué ce week-end à La Grande Écurie, dans un cadre impressionnant qui laisse dire à L’Invité Culture : « Je sens la présence de Molière ».

Écouter l’émission :

Alain Guichaoua, le champenois d’adoption

Certains peuvent avoir du mal à choisir entre le cidre et le champagne ; on peut aussi apprécier les deux ! Voilà un Breton qui a fait sa vie dans la région de Reims : Alain Guichaoua. Inspiré par les plus grands, comme Troisgros, Bocuse, Guérard ou Blanc, il a su trouver sa propre écriture culinaire, et notamment en mariant quelques un de ses plats aux crus champenois.

Thierry Marx, dans L’Histoire à la Carte, a choisi une de ses spécialités : la recette du lapereau aux morilles.

Écouter l’émission :

Ingrédients : pour le lapereau 2 râbles de lapereaux avec les côtes, morilles fraiches (ou sèches), 20 cl de fond de veau, 8 tranches fines de lard fumé, beurre, sel, poivre, oignons, carottes, un bouquet garni, un verre de Cognac.

Préparation : Désosser le râble en dégageant les côtes sans séparer les filets. Hacher la chair extraite et faire une petite farce avec du beurre, du sel, et du poivre ; en farcir le râble, le rouler, placer autour les tranches de lard, brider à 1 cm et réserver. Couper au ciseau le long de l’arête dorsale pour dégager les côtes, les réserver. Avec les os et les épluchures du lapereau, réaliser un fond ; faire revenir, ajouter la garniture aromatique, et flamber au Cognac, mouiller avec le fond de veau et le jus des morilles. Laisser cuire 40 minutes, filtrer et réserver. Braiser le râble de tous les côtés, ajouter les oignons, carottes et thym en brunoise ; rôtir au four pour 15 minutes, à la sortie tailler des petits tournedos. Au dernier moment, griller les côtes dans une poêle avec un peu de beurre et faire sauter les morilles après leur avoir fait rendre l’eau. Dans chaque assiette, présenter deux tournedos, quelques petites côtes, les légumes de la brunoise, des morilles, et napper de sauce.

 

Pedro Pauwels : l’image du corps

C’est un danseur, chorégraphe, amoureux de l’image. Pedro Pauwels, qui dirige une compagnie à son nom à Limoges, a inventé un rendez-vous pour marier la danse et et la photographie. La troisième biennale du genre se déroule durant le week-end de l’Ascension à Brive, en Corrèze, associée à un événement traditionnel dans cette ville : Danse en mai.

La représentation du corps, un art éphémère immortalisé par la prise de vue, devoir d’archivage : les liens entre les deux disciplines ne manquent pas. Pourtant, la danse masculine a trop souvent pâti d’une image déformée. Il en est question, durant cette biennale qui propose, par ailleurs, à des artistes de donner libre cours à leurs chorégraphies dans des vitrines de magasins où sont exposées des clichés.

Pedro Pauwels est L’Invité Culture.

Écouter l’émission :

François Vatel, le premier burn-out de l’histoire

Le 24 avril 1761, le cuisinier François Vatel se suicide, alors que la marée commandée pour le festin de Louis XIV à Chantilly, chez le prince de Condé, n’arrive pas. Pensant être déshonoré, le grand organisateur de ces ripailles royales préfère se donner la mort, deux heures à peine avant la livraison des poissons !

Davantage maitre d’hôtel, organisateur d’évènements, que véritable cuisiner, Vatel est pourtant entré dans l’histoire comme un chef au destin tragique.  Dans l’Histoire à la Carte, Thierry Marx revient sur cet épisode et souligne qu’il s’agit sans doute du premier « burn-out » médiatisé de l’histoire. La recette proposée est un potage au canard.

Écouter l’émission :

Ingrédients pour 6 personnes : 1 kilo de jeunes navets, 1 magret de canard, 2 grammes de sucre, 1 litre d’eau, 25 g de beurre.

Préparation : Faire revenir les navets dans une poêle avec le beurre et le sucre, mouiller à hauteur avec l’eau ; laisser cuire 25 minutes à frémissement. Pendant ce temps, faire rissoler le magret sur sa partie grasse durant 5 minutes, puis pendant 7 minutes sur l’autre face ; retirer du feu, émincer en lamelles que l’on dore à nouveau à la poêle. Servir en arrosant du potage.

Marc Coppey, le violoncelle au coeur

C’est l’un des plus anciens festivals de musique classique en France, qui s’ouvre ce 20 mai : Les Musicales de Colmar. Avec cette année, une volonté de se positionner, pour les artistes, au centre de l’Europe.

Son directeur artistique, l’Alsacien Marc Coppey, a souhaité montrer que, pour les musiciens, l’Europe n’est pas un projet, mais une réalité millénaire. Jusqu’au 28 mai, de nombreux concerts se dérouleront, avec une soirée entre Monteverdi et Wagner, de la musique de chambre depuis Lully jusqu’à Tchakoswki, ou encore des rendez-vous philharmoniques.

Le violoncelliste, qui joue sur un instrument fabriqué à Venise en 1711, est tombé amoureux du violoncelle dès l’enfance, en écoutant un sextuor de Brahms. Il sortira en juin un disque autour de Dvorak et Bloch

Écouter l’émission :

Raymond Thuillier, un artiste peintre aux fourneaux

Il est un lieu exceptionnel en France, l’Oustau de Baumanière, aux Baux de Provence, qui a marqué la gastronomie de la deuxième moitié du 20° siècle. C’est là qu’un ancien assureur, tombé en amour pour la région et pour la cuisine, crée de tout pièce un lieu inouï, baigné d’une lumière et d’une aura quasi divine, pour en faire un temple du bien manger.

Mais Raymond Thuillier n’est pas un chef classique. C’est aussi un peintre aguerri, dont la fibre artistique se retrouve dans ses créations culinaires. Nourri aux exploits des Escoffier, Nignon, ou Carême, il a su attirer dans son établissement les plus grands de ce monde, dont la Reine d’Angleterre qui, pour la première fois de son histoire, a choisi de dormir là plutôt que dans une institution officielle britannique.

Pour rendre hommage à Raymond Thuillier, dans L’Histoire à la Carte, Thierry Marx vous propose sa recette de crêpes soufflées.

Écouter l’émission :

Ingrédients pour 4 personnes : Pour la pâte, 200 g de farine, 1 l de lait, 4 œufs entiers, 2 jaunes d’œufs, 2 g de sel, 100 g de beurre noisette ; pour l’appareil à soufflé, 1 l de crème pâtissière, 2 oranges confites, 100 ml de Grand Marnier, 6 blancs d’œufs ; pour la finition, 500 ml de crème anglaise, 250 ml d’extrait d’orange, 250 ml de sirop à 30°.

Préparation : Pour la pâte, mélanger tous les ingrédients avec le lait froid pour obtenir une pâte lisse et fluide ; ajouter le beurre et confectionner les crêpes. Pour le soufflé, mélanger dans un saladier la crème pâtissière, le Grand Marnier, et les écorces d’oranges confites hachées grossièrement ; monter les blancs en neige et les incorporer doucement au mélange. Pour la finition, beurrer un plat, disposer une crêpe, un peu d’appareil à soufflé sur une moitié ; refermer l’autre moitié de façon à obtenir une crêpe farcie en forme de demi-cercle, et ainsi de suite. Préparer une crème anglaise et un sirop à 30° en incorporant de l’extrait d’orange. Mettre les crêpes au four à 200° C pour 5 minutes environ, afin qu’elles gonflent. Saupoudrer de sucre glace à la sortie du four, et servir avec une sauce de votre choix.