Un polar de banlieue

flic-ou-caillera-cover2Il avait déjà écrit « Les anges s’habillent en caillera », pour raconter sa ville de Saint-Denis, Rachid Santaki récidive avec « Flic ou caillera » (ed. du Masque)  : un jeune d’une cité confronté à une bande de caïds, et sollicité par une jeune flic issue de la banlieue. L’écriture est noire, mais l’auteur se défend de peindre la banlieue avec cette noirceur. Il s’en explique ici, et nous évoquons ensemble le regard de la société sur les cités, et réciproquement.

Ecouter l’entretien :

Rachid Santaki sera ce week-end au salon Quais du polar, à Lyon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *